14 juillet 2020 – Ségur de la santé – Billet d’humeur de Christophe Prudhomme

1274. Ségur de la santé Christophe Prudhomme

Billet d’humeur : Politique spectacle

Le protocole d’accord du Ségur de la santé a été signé en grande pompe, sous les ors de la République, par une partie des représentants syndicaux habillés en dimanche et visiblement très fiers d’être invités par le Premier ministre.

Le spectacle a continué le soir même avec une sauterie au Grand Palais où le ministre de la Santé avait invité quelques personnels hospitaliers. Puis le 14 juillet, le monarque républicain a voulu aussi mettre soi-disant à l’honneur des soignants en les mélangeant aux militaires pour la parade traditionnelle, tandis que d’autres hospitaliers manifestent sur le parcours symbolique République-Bastille.

En effet, sur le terrain, l’insatisfaction et la déception dominent. Si les augmentations de salaires chichement octroyées vont certes améliorer l’ordinaire, les calculs sont vites faits : les 180 euros permettent juste de rattraper la perte de pouvoir d’achat accumulée depuis 2010 du fait du blocage des salaires dans la Fonction publique. Nous sommes très loin d’atteindre le niveau de rémunération moyen des pays de l’OCDE. Par ailleurs, le volet emploi promet des embauches à hauteur d’à peine 3 % de nos demandes ! Et toujours rien sur les fermetures de lits, de services et d’hôpitaux.

Nous ne pouvons en rester là et les actions du 14 juillet ne sont qu’une étape supplémentaire d’une mobilisation qui va se poursuivre.

Notre système de santé va mal et nécessite des réformes profondes tant au niveau de son organisation que de son financement et ce n’est pas la récente loi « Ma santé 2022 » qui va apporter des réponses adéquates. Il ne s’agit que de la continuité de la politique libérale mise en place depuis les ordonnances Juppé en 1995, puis par les lois Bachelot et Touraine.

Il faut bien comprendre que ce qui coûte cher dans notre système de santé actuel et le rend complexe ainsi que peu efficient, est le maintien d’une mixité public/privé, tant au niveau de son organisation que de son financement. Nous avons besoin de reconstruire un véritable service de santé et d’action sociale qui s’appuie sur le service public, dans le cadre d’une politique d’aménagement du territoire, qui permette à tout un chacun de pouvoir consulter un médecin dans la journée en cas de besoin et avoir accès à un hôpital dans un délai maximum de 30 minutes. Cela passe par l’élimination de toute active privée lucrative dans les activités sanitaires et sociales, qui a montré toute son inhumanité lors du pic de la crise du coronavirus, notamment dans les EHPAD. Il s’agit aussi de construire la véritable Sécurité sociale dont nous avons besoin pour assurer nos besoins en termes de santé et de protection sociale de la naissance à la mort. Il faut pour cela qu’elle devienne collecteur unique des cotisations et financeur unique des prestations, en supprimant toutes les assurances privées complémentaires.

Ce qui peut paraître impensable à un instant donné peut devenir la réalité le lendemain. La crise du coronavirus nous a montré que les lignes peuvent très rapidement bouger. A nous de continuer à nous mobiliser afin que ce que pour quoi nous luttons devienne le plus rapidement possible une réalité. C’est cela faire de la politique au sens propre du terme, à l’opposé total du triste spectacle offert aujourd’hui par nos gouvernants.

Dr Christophe Prudhomme

10 juillet 2020 – 365 jours de lutte à Sisteron – Rassemblement le lundi 13 juillet 2020 à 20h00 devant les Urgences

Bonjour,
Nous ne sommes pas des héros qui pourraient être sacrifiés et qui suivraient aveuglément le rôle qu’on voudrait leur faire jouer. Nous sommes des travailleurs, des citoyens déterminés qui sommes entrain de déserter les rôles qu’une petite minorité dominante a préparé pour nous pour reprendre possession de notre travail, de nos vies et de nos territoires !

C’est pourquoi, nous continuons à nous mobiliser avec détermination pour d’autres choix de société !

C’est pourquoi nous serons devant les Urgences de Sisteron lundi 13 juillet à 20h00 !

On lâche rien !

>> Ci-joint le tract appelant à la mobilisation du lundi 13 juillet devant l’hôpital de Sisteron :

1272. Tract 365 jours de lutte à Sisteron, 13 juillet 2020

23 juin 2020 – Du Ségur de la Santé à la mobilisation du mardi 30 juin devant l’hôpital de Manosque

Tract CGT Hôpital de Manosque 30 juin 2020 (p1)

Tract CGT Hôpital de Manosque 30 juin 2020 (p2)

Bonsoir,
Mobilisation le mardi 30 juin 2020 à Manosque !

Actuellement se déroule le Ségur de la Santé ». Nous sommes dans un moment charnière pour notre secteur d’activité. Une augmentation importante des salaires peut être gagnée. C’est le type d’évènement rare qui arrive tous les 30 ou 40 ans.

Mais rien n’a jamais été donné aux personnels ! Chaque droit, chaque avancée a été gagné par la lutte ! C’est tout le sens des luttes de ces dernières années dans notre secteur d’activité pour gagner une véritable rupture !

Le principal point positif de ce Ségur de la Santé c’est le consensus sur la nécessité d’augmenter tous les salaires ! Mais les ambitions ne sont pas les mêmes pour tous les acteurs. Nous avons besoin de faire pencher la balance du bon côté !

Les discussions, pour le moment porte sur :
– Un accord de méthode sur la discussion
– Une demande sur une revalorisation en urgence
– Et différents sujets annexes dont certains n’ont pas leur place

Dans ces discussions, il y a certains sujets qui n’ont rien à faire là et pour lesquels nous ne sommes pas d’accord comme :
– Sur la prévoyance
– Sur l’intéressement
Où ils veulent transposer certains dispositifs du privé vers le public.

D’autre sujets majeurs sont absents :
– Rien sur les effectifs !
– Rien de concret sur la pénibilité !
– Rien sur la reconnaissance des métiers à prédominance féminine !
– Rien sur la résorption des emplois précaires !
– Rien sur le médico-social et le social !
– Rien sur les moyens alloués à notre système de santé !

A la CGT, nous ne nous laisserons pas enfermer :
– ni dans un temps de négociation ultra-court comme le voudrait le gouvernement
– ni dans les seuls sujets qu’on tente de nous imposer

Il doit y avoir un timing en plusieurs temps :
– Des sujets à traiter dans l’urgence comme l’augmentation conséquente des salaires pour tous
– Des sujets de fonds pour lesquels il nous faut prendre davantage de temps (pour un grand service public de santé et d’action sociale)

Et bien entendu, il va nous falloir enfin un PLFSS (Projet de loi de financement de la sécurité sociale) à la hauteur des enjeux à l’automne prochain !

Il faut nous baser sur nos repères revendicatifs CGT avec notamment le dernier en date : le livret « 4 exigences, 12 propositions » de début juin 2020. D’ailleurs, ce document a été envoyé en version PDF à tous les syndicats. Et il vient également d’être imprimé en 100 000 exemplaires au niveau de la fédération et envoyé dans les territoires.

Nous avons besoin d’être le plus au clair possible avec ce que nous voulons pour les personnels et plus globalement pour notre système de santé, notre protection sociale.

C’est pourquoi les prochaines mobilisations des 30 juin et 14 juillet seront très importantes !

    Soyons nombreuses et nombreux
    MARDI 30 JUIN A 11H00
    Devant l’entrée principale de l’hôpital de Manosque

Bonnes luttes !!!

>> Ci-joint le tract recto/verso pour la mobilisation du 30 juin : CLIQUER ICI

13 juin 2020 – Le 16 juin, déconfinons nos colères !

Bonjour,
Alors que le mouvement a commencé il y a 2 ans dans les EHPAD et il y a 1 an dans les hôpitaux, que nous avons des revendications très précises (augmentation de salaires, d’effectifs, de lits…), les milliards sont distribués dans de nombreux secteurs mais pas dans la santé !

15 milliards pour l’aéronautique viennent d’être débloqués. On en prend acte. Mais nous avons besoin nous aussi de 15 milliards pour la santé tout de suite notamment pour créer les postes manquants dans les hôpitaux et les EHPAD, mais également pour rattraper toute la perte de pouvoir d’achat depuis 20 ans pour l’ensemble des métiers de la santé et de l’action sociale et cela immédiatement !

Pour la refonte du système de santé, pour la modification des qualifications, et pour tout le reste… on verra dans un second temps ! Non pas que c’est moins important, mais c’est surtout qu’il y a des débats de fond à avoir qu’on ne peut pas bâcler et aborder seulement en quelques jours.

Notre calendrier revendicatif doit s’appuyer sur un processus de mobilisation de haut niveau comme sur des revendications précises et légitimes. C’est ce que nous porterons le mardi 16 juin dans le département, dans toute la région et partout en France.

Il est plus que nécessaire d’obtenir une mobilisation massive et déterminée pour faire tomber les masques, tomber les écrans de fumée et pour gagner !

Soyons nombreuses et nombreux !
On lâche rien !

RDV à 10h00 sur le parking de Gemo (juste à côté du centre hospitalier de Digne) pour une opération « escargot » jusqu’à l’ARS (si possible en tenue de travail pour être identifié en tant que personnel de la santé).
+
Rassemblement à 11h00 devant l’ARS 04 à Digne

>> Ci-joint le tract de l’UD CGT 04 appelant à se mobiliser le 16 juin :
Tract UD CGT 04 pour le 16 juin 2020

31 mai 2020 – Pour la CGT Santé et Action Sociale PACA – Le 2 juin, toutes les raisons de maintenir la pression

Rassemblement grève soignants Ségur de la Santé

Bonjour,
Face à un désengagement de l’Etat et une gestion à la carte des territoires ou des établissements conduisant à une mise en concurrence généralisée et à un renforcement de l’individualisme, ce qui est très important aujourd’hui c’est la question de l’unité. Car en face, ils travaillent à la question de la division. On sort d’une période où l’unité s’est renforcée entre hospitaliers dans de nombreux sites d’après les retours que nous avons. Ce renforcement de l’unité… dans notre travail, on n’en a besoin…en tant qu’humain, on en a besoin… et pour obtenir des avancées, on en aura besoin !

On l’a vu ces derniers jours avec la prime Covid où des établissements ont 1500 euros d’autres ont 500 sans que les directions puissent expliquer les raisons de cette inégalité de traitement. En cette fin de semaine nous avons reçu de nombreuses questions d’agents qui nous questionnaient également sur l’inégal traitement lors des A.S.A.

En effet, la médecine du travail a mis en ASA (Autorisation Spéciale d’Absence) les personnels fragiles. Maintenant, on voit des établissements où ils ont droit à la prime, d’autres où ils n’ont pas droit. Idem pour les EHPAD rattachés aux hôpitaux : il y a des directions qui leur donnent la prime, d’autres non. C’est une confusion générale qui entretient une colère grandissante. Et que dire des personnels du privé qui n’ont toujours rien eu. Aucun texte n’est sorti à ce jour alors que nous avons tous les mêmes métiers !

Avant même la sortie de la prime, nous alertions sur les risques de petits arrangements entre amis d’une telle gestion « à la carte ». L’article de Nice matin d’hier confirme encore cela puisqu’un Député LREM explique qu’il a réussi à obtenir la prime à 1500 euros pour les soignants de l’hôpital de Grasse dont le décret prévoyait 500 euros. Mais, on note plusieurs situations similaires dans le territoire national.

Concernant les « Ségur de la santé », les hospitaliers sont très septiques. Ils sont également très attentifs aux contreparties qui pourraient leur être demandées.

Ce qui est surtout revenu dans les initiatives du mardi 26 mai, lors des prises de paroles d’hospitaliers, c’est l’urgence d’avoir des mesures immédiates sur :
– Des augmentations de salaire immédiates pour tous avec une augmentation immédiate du point d’indice
– Des embauches pour pouvoir prendre ses congés d’été, pour arrêter de fermer des lits, et pour arrêter de se tuer à la tâche…

C’est pourquoi il est primordial de maintenir la pression le mardi 2 juin dans toute la région, et partout ailleurs !

De nombreuses initiatives sont encore prévues : à 11h00 devant l’ARS à Marseille, à 14h30 à Digne avec une rencontre en Préfecture (avec plusieurs forces progressistes du département), à Nice à 11h30 sur le Parvis de l’hôpital de Pasteur, à 12h00 devant le Self de l’hôpital de Cimiez, à 13h30 sur le quai de livraison de l’hôpital de L’Archet, devant l’hôpital de Grasse à 11h30, à Draguignan à 16h30 devant l’EHPAD du Malmont, à 19h30 devant l’hôpital gériatrique Clémenceau à Toulon, à 11h00 devant l’entrée de l’hôpital d’Avignon…

Bon Courage et bonnes luttes !!!

>> Ci-joint le communiqué de presse de la coordination Régionale CGT Santé et Action Sociale PACA du 29 mai 2020 : CLIQUER ICI

>> Ci-joint le tract du syndicat CGT APHM des Hôpitaux de Marseille : CLIQUER ICI

>> Ci-joint le tract CGT de l’hôpital de l’Archet à Nice : CLIQUER ICI

>> Ci-joint quelques articles de presse reçus suite à la journée d’action du 26 mai dans la région : CLIQUER ICI