20 octobre 2017 – EHPAD / Maisons de retraite en souffrance – reportage du JT de France 2

856. EHPAD, maisons de retraite en souffrance, JT France 2

Aujourd’hui dans les EHPAD, le travail collectif s’est transformé en épreuve individuelle pour les personnels. Des moyens financiers très largement insuffisants, un manque d’effectif incontestable, des charges de travail insupportables, des temps de repos bafoués, des bas salaires, une charge psychologique en accroissement constant, un management qui se durcit tous les jours un peu plus. Des conditions et des heures de travail indignes du 21ème siècle !

Pourtant, nous sommes face à des pouvoirs publics qui n’ont absolument pas pris la mesure de la situation. C’est même tout le contraire puisqu’ils demandent aux établissements des efforts supplémentaires en étant complètement déconnectés de la réalité.

Et on aboutit donc à la situation qu’on connait et que relate très bien le reportage de France 2 diffusé lors du journal télévisé du 20 septembre 2017 qui met en avant la maltraitance institutionnelle subit par les personnels et les résidents.


POUR VOIR LE REPORTAGE DE FRANCE 2 (6m54s), CLIQUER ICI

>> POUR CONSULTER NOTRE DOSSIER COMPLET SUR LES EHPAD / EPS / MAISONS DE RETRAITE DU DEPARTEMENT (AVEC LES DIFFERENTS ARTICLES ET TRACTS), CLIQUER ICI

19 octobre 2017 – « Burning out » – Dans le ventre de l’hôpital (interview de Jérôme Le Maire et film complet)

855. Film Burning out - Dans le ventre de l'hôpital (1)

855. Film Burning out - Dans le ventre de l'hôpital (2)

Au bloc opératoire de l’hôpital Saint-Louis, à Paris, le « burn out » menace à tous les échelons. D’une intervention qui voit fuser les noms d’oiseaux à des réunions de crise où se déversent des doléances concurrentes, le réalisateur Jérôme le Maire a su capter le mal-être général des soignants.

Le réalisateur Jérôme le Maire a passé deux ans au sein de la très réputée unité chirurgicale de l’hôpital Saint-Louis, l’un des grands établissements parisiens. Pendant un an, sans filmer, il s’est familiarisé avec l’ensemble du personnel qui travaille à flux tendu dans les quatorze salles d’opération du bloc, chacune accueillant huit à dix interventions par jour au fil d’une organisation très complexe. Il a ensuite tourné seul, toute une année, au cœur de ce collectif professionnel chevronné, qui tient chaque jour entre ses mains la vie et la mort des patients. D’une intervention qui voit fuser les noms d’oiseaux à des réunions de crise où se déversent des doléances concurrentes, il capte un mal-être général qui, des aides-soignantes aux chirurgiens, « déborde, déborde, déborde », comme le planning que les gestionnaires du service n’ont de cesse de vouloir « optimiser ». Entre deux prises de bec, les protagonistes confient leurs états d’âme ou leurs réflexions et s’accordent à reconnaître, en dépit de leurs différends, une commune origine à la pathologie qui les affecte tous. « Les conditions de travail se sont dégradées mais le travail, lui, ne doit pas se dégrader ». Car même si les patients semblent se réduire à la partie tranchée et recousue de leur anatomie, ces soignants n’oublient jamais la responsabilité extrême qui est la leur. La direction diligente alors un audit sur la qualité de vie au travail, qui se recentre bientôt sur l’analyse des « process » et de leur « efficience »…

Urgence

Cette fascinante tragi-comédie humaine dévoile au profane ce qu’il ne voit jamais d’ordinaire : la souffrance de ceux qui soignent, d’abord, mais aussi la réalité crue d’une salle d’opération, car le réalisateur y est accueilli comme un membre de la famille, devant qui on n’a pas besoin de cacher le linge sale. S’il pointe des causes maintes fois dénoncées par les syndicats – augmentation continue de la charge de travail, gestion technocratique imposée d’en haut, atomisation d’équipes autrefois soudées…–, Jérôme le Maire, en laissant s’exprimer des points de vue contradictoires, met aussi en évidence la complexité du problème. Ce portrait intensément vivant d’un hôpital au bord de la crise de nerfs se veut plus largement la métaphore d’un monde du travail ravagé par la perte de sens et désormais en état d’urgence, selon le livre de Pascal Chabot qui l’a inspiré, « Global burn-out ».


POUR VOIR L’INTERVIEW DE JEROME LE MAIRE, CLIQUER ICI


POUR VOIR OU REVOIR LE FILM COMPLET DIFFUSE SUR ARTE IL Y A QUELQUES JOURS, CLIQUER ICI

15 octobre 2017 – Le clip « Les Blues Blanches », la réalité des infirmières et infirmiers en chanson relatant le blues des blouses blanches

Clip Les Blues Blanches

Maxime Dro, infirmier de 36 ans, a composé la chanson « Les Blues Blanches » pour dénoncer les difficultés quotidiennes du personnel hospitalier.

Infirmier aux urgences d’Eaubonne en Île-de-France, Maxime Dro a mobilisé 85 de ses collègues pour son clip « Les Blues Blanches ». Infirmiers, brancardiers, aides-soignants et même quelques médecins, tous les figurants de la vidéo travaillent au service des urgences ou des soins intensifs de l’hôpital.

Maxime Dro et ses collègues souhaitent montrer au grand public la difficulté de leur métier et la dure réalité de leur quotidien : « La blouse blanche que j’ai sur moi ne me rend pas plus fort que toi ». Le clip est sobre, préférant mettre en avant les paroles poignantes de l’infirmier.

Le morceau passe également des extraits sonores de JT, évoquant des sujets tels que la grève des infirmiers, le manque de personnel, la colère des soignants, des infirmiers épuisés, etc.

POUR VISIONNER LE CLIP, CLIQUER ICI

24 septembre 2017 – Reportage très intéressant d’Envoyé Spécial du jeudi 7 septembre 2017 dernier intitulé « Hôpital public, la loi du marché »

846. Emmission Envoyé Spécial Hôpital public

Quelques éléments qui ressortent :
– La critique profonde de la T2A et de l’endettement des hôpitaux qui ont profondément impacté de manière très négative la situation des hôpitaux aujourd’hui. Il faudrait supprimer la T2A mais également supprimer la dette des hôpitaux.

- Il y a un très bon retour des personnels vis-à-vis de ce reportage qui traite d’un sujet assez sensible.

- La CGT et ses militants sont en première ligne (pour ne pas dire les seuls) pour briser l’omerta qui règne sur la situation déplorable de nos établissements.

- Ce qui s’est passé à Saint Martin, dans les DOM, montre l’état de dégradation des services publics, du tissu hospitalier, et l’incapacité de l’Etat à répondre à la souffrance des populations. C’est important parce que c’est ce qui risque de nous arrivait aussi en métropole. Le sous-investissement en particulier dans le secteur de la santé, la dégradation des CHU, avec le garant financier qui en permanence ne permet pas de répondre aux besoins de la population et à la fermeture des sites de proximité. En ce moment l’AP-HP, le plus grand CHU d’Europe subit une opération de démantèlement massive avec la fermeture programmée de 5 établissements.

- Et les vieux et les handicapés ? On s’en fout dans la société marchande ! On va fermer un hôpital de réputation mondiale à Garches, c’est une stratégie concertée puisqu’à Lyon l’hôpital Henry-Gabrielle est aussi sur la sellette. Car ces deux hôpitaux sont sur une zone géographique où le foncier vaut très cher, et l’opération c’est de récupérer les terrains. Les personnes handicapés qui sont là pour des semaines ou des mois pour certains hospitalisés, on va les mettre les mettre en hauteur dans des hauts bâtiments, et ils n’auront plus de parcs. Les parcs ont les vend pour réaliser des opérations immobilières. Et tout ça, c’est important de le sortir de nos hôpitaux et de le mettre sur la place publique, comme cela a été le cas dans le reportage d’Envoyé Spécial.

- En discutant avec les gens on se rend compte qu’Il y a deux choses pour lesquelles les populations sont particulièrement sensibles, et nous y sommes en plein dedans :
• C’est la dégradation des conditions de travail
• C’est l’étranglement financier

De même, face à la souffrance au travail, il y a deux choix qui s’offrent aux personnels et plus globalement aux populations :
• C’est la désespérance et le repli sur soi
• Et c’est la lutte

- On y voit également le management déshumanisés de nos établissements et la pratique du « Lean Management », méthode empruntée au Toyotisme et son «Lean manufacturing», qui essaie de diminuer à l’extrême le gaspillage dans l’organisation du travail, poussant les équipes à bout, détériorant la qualité des soins prodigués au patient.

- Et que dire des EHPAD ? Dans notre département, il y en a un grand nombre :
• Aujourd’hui c’est Germinal qu’on soit dans le public et dans le privé
• Des pressions de plus en plus fortes sur les personnels
• Les difficultés engendrées par l’arrêt des CAE dans notre secteur d’activité : cela crée d’énorme problème de gestion des plannings et une nouvelle vague de retour à la précarisation
• La nouvelle tarification des EHPAD avec les CPOM (les Contrats Pluriannuels d’Objectifs et de Moyens) qui vont réduire les subventions des établissements. Combien de millions d’euros en moins et combien de salariés en moins ? La FHF a dit il n’y a pas très longtemps que ça correspond à 200 millions d’euros en moins dans les EHPAD en France. La situation devient intenable.

POUR VOIR OU REVOIR LE REPORTAGE COMPLET, CLIQUER ICI

19 septembre 2017 – Loi Anti Travail XXL – Mobilisons nous le 21 septembre à Manosque, à Digne et partout

Le 12 septembre a été la première journée de mobilisation contre La Loi Anti Travail XXL. Cela fut une belle réussite puisque dans toute la France, nous étions quasiment aussi nombreux que lors des manifs de l’année dernière malgré la défection d’un autre syndicat.

L’UNL, Solidaires, la FSU et la CGT appellent les salariés, les retraités, les privés d’emplois et les jeunes à remettre ça le 21 septembre avec 2 temps forts dans le département :
– Une manif à Digne à 11h00 place du général de Gaulle
– Une manif à Manosque à 11h00 porte de la Saunerie

Il est important de lutter pour nos droits mais également pour les droits de nos enfants et de nos petits-enfants.

A la CGT, nous ne sommes ni dans la soumission ni dans la résignation, c’est pourquoi, même si vous ne pouvez pas vous rendre à la manif demain, nous vous invitons à vous informer et faire connaitre autour de vous ce qui se passe.

Pour avoir plus d’informations (avec notamment un tableau Avant/Après), nous vous invitons à consulter la page Facebook de la CGT 04 :

CLIQUER ICI

Merci, à bientôt, et on lâche rien !

845. Manif Loi Travail XXL 21 septembre