3 janvier 2022 – Syndicalisme : D’où vient-on ? Où en est-on ? Et où va-t-on ? (avec Stéphane Sirot)

1386. Entretien avec Stéphane Sirot sur le syndicalisme

Meilleurs vœux à toutes et à tous !!!
Un petit cadeau pour cette nouvelle année pour toutes celles et tous ceux qui refusent de baisser la tête.

Ci-joint une vidéo d’échanges avec Stéphane Sirot, historien, spécialiste du syndicalisme et des mouvements sociaux, afin d’apporter de la fraîcheur, du dynamisme à notre réflexion et à notre engagement pour cette nouvelle année pour gagner des revendications qui portent des outils d’émancipation, travailler à une société plus juste et imaginer une société au-delà du capitalisme.

« Syndicalisme : D’où vient-on ? Où en est-on ? Et où va-t-on ? (avec Stéphane Sirot) »
Pour voir la vidéo, cliquer sur ce lien : CLIQUER ICI

Sommaire de la vidéo :

0mn00s : La Loi de 1884 et la légalisation des organisations syndicales en France

4mn07s : Les objectifs de la classe dominante n’ont pas changé de 1884 à 2021

7mn46s : Le mot « Exclusivement » a particulièrement fait débat en 1884 pour tenter de « museler » les organisations syndicales

10mn40s : En quoi consiste le modèle CGT d’origine et comment il a évolué ?

19mn38s : Le leurre de la notion de « dialogue social » et l’offensive contre le modèle CGT

27mn57s : Les lueurs d’espoir et les enseignements de la mobilisation gagnante de 2006 (le temps de la mobilisation sociale, c’est le temps de la légitimité)

35mn09s : Depuis 2016, loin de tout sentiment de résignation, la contestation dans le pays est permanente et très forte… On note surtout une transformation de cette contestation voire même un enrichissement de cette panoplie conflictuelle

46mn04s : Quelles perspectives pour les années à venir ? Et quelle évolution du militantisme pour le futur proche pour gagner en efficacité ?
Quelques pistes :
– le rapport de force doit primer sur le rapport de droit
– réinvestir l’idée de transgression
– fusionner militantisme et activisme
– penser un travaillisme révolutionnaire

1h00mn09s : Fin

24 novembre 2021 – Attention – Nouveauté – La négociation collective dans la fonction publique

1383. La négociation collective dans la fonction publique

Salut,
>> Ci-joint la vidéo de présentation de la négociation collective dans la fonction publique, cliquer sur ce lien : CLIQUER ICI

Lundi 22 novembre, la Coordination régionale CGT Santé et Action Sociale PACA a organisé une première réunion régionale en visio sur la mise en place de la négociation collective dans le public. Il y a eu 1h10mn de présentation et 2h00 de débat ensuite. L’initiative a réuni de nombreux syndicats de la région (33 connexions pour une soixantaine de militants). On vous propose ici de pouvoir visionner la présentation réalisée.

Pour mieux pouvoir utiliser cette vidéo, vous avez un sommaire ci-dessous avec le moment de diffusion dans la vidéo pour pouvoir cibler les thèmes souhaités.

Sommaire de la vidéo :

0n00mn00s : Introduction sur le travail régional en cours et notamment les différentes journées d’étude régionales (passées, en cours et à venir)

3mn24s : Actualité (le gag des grilles indiciaires des catégories C, rémunérations des sages-femmes, des taux de promotion bloqués)

6mn45s : Actualité de décisions de tribunaux pour des agents suspendus, des assignations abusives, des infos sur l’obligation vaccinale en Martinique, et le développement de l’arbitraire

10mn39s : Contexte de la négociation collective >> La loi de transformation de la fonction publique, de nombreux motifs de mécontentement (affaiblissement des CAP, suppression des CHSCT…)

14mn36s : Les principaux textes à connaître sur la négociation collective et les actions juridiques en cours de la CGT

17mn16s : Qui est concerné par la négociation collective ?
(les agents concernés, la situation des contractuels, la campagne commune des 10%, la conférence salariale en cours, la revendication du point d’indice à 6 euros…)

21mn59s : Qui négocie ?
(au niveau national et au niveau local…une négociation sortie des instances)

25mn40s : Sur quels thèmes négociés ?
(Les 14 thèmes ouverts à la négociation)

37mn43s : Les accords négociés (partie 1)
(Changement de culture, les obligations, travailler la solidarité, quelques conseils, le contrôle de l’ARS, intervention des tutelles sur les choix politiques, l’égalité de traitement, ce qu’il y a dans les accords)

45mn28s : Les accords négociés (partie 2)
(la publication de l’accord, le comité de suivi, la révision, la dénonciation, comment ne pas sa faire avoir)

49mn34s : Quelle portée juridique ?
(un changement important, une nouvelle portée juridique, la hiérarchie des normes, la cadre des négociations, le cas d’un plan blanc)

53mn11s : Les accords de méthode
(ce qu’ils prévoient et les conseils qu’on peut donner)

55mn35s : Perspectives, conseils (partie 1)
(risque d’éclatement du statut, risque de renforcement de l’institutionnalisation du syndicalisme, attention au piège du consensus, la démarche CGT, une démarche bénéfice/perte)

1h05mn43s : Perspectives, Conseils (partie 2)
(prendre le temps, résister à la pression, la construction d’un rapport de force, la démarche CGT, le travail de proximité, communiquer, se former)

Et ci-joint enfin, les autres vidéos de la chaîne Youtube de la Coordination Régionale :
CLIQUER ICI

On reste solidaire, et on lâche rien !

4 novembre 2021 – 20% de lits disparus, Véran mène l’enquête

Lits fermés à l'hôpital, Véran mène l'enquête

Bonjour,
Ci-joint la première vidéo de la nouvelle Chaîne Youtube de la Coordination Régionale CGT santé et Action Sociale PACA intitulée « 20% de lits disparus, Véran mène l’enquête ».
Vous pouvez vous abonner, nous mettrons régulièrement des nouvelles vidéos.
Bonne journée

>> Pour voir la vidéo, cliquer sur ce lien : CLIQUER ICI

24 septembre 2021 – Le combat continue – Attention, Bloquez dès à présent votre date du 5 octobre !

Bonjour,
La situation est compliquée et inédite. Nous voyons des situations de pression importante pouvant s’apparenter à du harcèlement, des refus à ce que les agents posent des congés alors que c’était préconisé au départ par le ministère. Mais sur le terrain, de nombreuses directions ne le respectent pas. On a l’impression que c’est « Open Bar », mais en même temps c’est compréhensible puisqu’on a un gouvernement qui fait la même chose. Nous ne cessons de rappeler aux directions et ARS que le code du travail, le statut de la fonction publique, et nos libertés fondamentales ne sont pas une serpillère sur laquelle on pourrait s’essuyer les pieds.

Depuis le début, à la CGT Santé et Action Sociale, on ne vend pas du rêve aux personnels, mais on leur propose notre analyse de la situation et notamment de la loi du 5 août 2021, et dans le même temps on se mobilise pour que les droits des personnels soient respectés. Par exemple, nous sommes intervenus de très nombreuses fois ces dernières semaines avec détermination auprès des directions et de l’ARS pour que les personnels en arrêt maladie ne soient pas suspendus. Nous avons commencé à être entendus puisqu’ils sont revenus sur leurs annonces de suspension des arrêts maladie au 15 septembre et parlent maintenant de le mettre en place au 15 octobre. Nous recommençons à intervenir actuellement pour qu’au 15 octobre ça ne soit pas appliqué non plus puisque c’est illégal quelque soit la date choisie.

On assiste à un degré de désinformation comme jamais on a eu depuis la publication de cette loi. Et cela devient insupportable quand cela vient des directions ou de l’ARS. Nous sommes contraints de faire de la contre-désinformation du matin au soir.

Concernant les contrôles médicaux, ils doivent être réalisés par des médecins figurant dans la liste des médecins agréés l’ARS. Dans le cas inverse, ils ne sont pas habilités à évaluer et à juger les décisions de leurs confrères. Là aussi nous sommes intervenus pour le rappeler.

Nous utilisons également les outils à disposition comme les CHSCT. Nous avons lancé plusieurs alertes dans plusieurs instances d’établissement sur les dangers qu’encourent les personnels aujourd’hui qu’ils soient vaccinés ou pas, et afin de mettre les employeurs devant leur responsabilité en ce qui concerne leur obligation de sécurité des personnels. En effet, la forte dégradation des conditions de travail touche tout le monde et c’est un de nos chevaux de bataille actuellement.

Et puis, nous continuons à nous mobiliser contre la désorganisation volontaire de notre système de santé et d’action sociale.
Ces derniers jours, 17 lits fermés sur l’hôpital de Digne !
14 lits fermés sur l’hôpital de Manosque !
C’est loin d’être anodin ce qui se passe !
Et c’est totalement inacceptable !

Concernant les prises en charge dans le médico-social et le social, ils disent qu’il n’y a plus personne sur le marché du travail et qu’ils sont obligés d’engager des personnes non qualifiées pour travailler sous la responsabilité de personnels diplômés. Ce qui pose un sérieux problème ! A quelle époque sommes-nous en train de revenir ?

Concernant la médecine libérale (infirmières, kiné, dentistes…), il y a des dysfonctionnements importants. Le manque de libéraux dégrade l’accès aux soins et fait augmenter l’activité des services d’urgences.
Habituellement à Digne, il y a 45 urgences jour, là on est monté à 84 !
Sur Manosque, c’est passé de 100 à 146 urgences jour !
Concernant le secteur psychiatrique : prévision de fermeture de l’extra-hospitalier dans les jours à venir pour recentrer l’activité !

Cela est simplement un exemple des conséquences de leur politique et de la loi du 5 août 2021 dans le département. C’est « extrêmement tendu » et c’est « très inquiétant » selon l’ARS 04. Oui, mais la faute à qui ?

C’est pourquoi, nous continuerons à participer aux mobilisations du samedi contre le passe sanitaire et toutes les mesures liberticides. Samedi 25 septembre, ce sera à 14h00 à Forcalquier (place de la Mairie).

Enfin, une grande journée de mobilisation interprofessionnelle et intersyndicale (CGT, FO, FSU et Solidaires) est organisée le mardi 5 octobre, déclinée au niveau départemental par une manif à 10h30 à Digne.
Nous y reviendrons dans les prochains jours.
Bloquez votre date dès à présent !

Il faut remettre sur la table la question de la convergence des luttes !

Pour qu’il y ait une convergence des luttes, il faut bien poser tous les éléments transversaux à l’ensemble du salariat.
Dans un contexte où la classe dominante essaie de nous diviser sur chaque sujet, il faut bien mettre en avant tous les éléments communs d’exploitation de l’ensemble des travailleurs aujourd’hui.
Il faut les définir et les partager massivement !
Nous devons reprendre nos analyses de 2018 au moment de la mobilisation contre la réforme des retraites, les affiner et les actualiser :

1/ Les injonctions contradictoires que subit le monde du travail. C’est particulièrement visible dans notre secteur d’activité entre d’un côté l’injonction à être de plus en plus efficace et de l’autre avoir de moins en moins de moyens qui permettent de remplir les missions qui sont les siennes et qui du coup siphonnent l’essentiel dans le travail, c’est-à-dire le sens qu’on peut lui donner. C’est un élément qu’on retrouve dans tous les secteurs professionnels.

2/ On revient à des systèmes d’exploitation qui nous ramènent au 19ème siècle où on dépossède les personnes de leur travail. On subit un recul important du droit du travail. On a eu une époque où le droit du travail était conçu comme un instrument qui permettait d’amortir les conséquences du lien de subordination. Depuis 30 ou 40 ans, on est passé à une logique de coût. Le droit du travail est devenu un outil fonctionnel de compétitivité, un coût à réduire. Toutes les protections ont été fortement attaquées comme tous ceux qui étaient censés faire vivre ces protections, ses droits.
Donc, cela génère ces phénomènes de confiscation du sens du travail, de confiscation de l’outil de travail, de mise à mal des conditions de travail… Ce sont des tendances lourdes qu’on retrouve partout.

3/ La déconstruction des discours, des mots pour nous imposer le discours de la classe dominante. C’est un autre sujet majeur et transversal à l’ensemble des secteurs. Nous avons besoin de revenir à notre propre vocabulaire et à nos propres concepts.
Par exemple, la souffrance au travail est un sujet central aujourd’hui. Il y a 20 ans, on parlait de souffrance au travail. Puis le terme a été perverti et effacé, puisque la classe dominante a mis en avant le terme de RPS (Risques Psycho-Sociaux)… Puis, nous sommes passés des RPS à la QVT (Qualité de Vie au Travail) où l’on parle de tout sauf du travail. Et maintenant, nous sommes en train de passer au « Bien être au travail ». Donc, on voit bien cette manipulation de langage et ce déni de réalité. Et pire, la tendance est à l’individualisation et à la culpabilisation des travailleurs. Et même le bien être au travail est en train de devenir quasiment un critère d’évaluation individuelle, puisque celui qui n’est pas bien, qui n’est pas « positif » est montré du doigt, voire est pris pour cible.

Ce sont quelques sujets transversaux à creuser et à partager de manière interprofessionnelle pour faire comprendre aux travailleurs qu’on subit tous les mêmes choses et qu’il y a urgence à se mobiliser tous ensemble pour un autre projet de société !

Réussissons un 5 octobre massif et percutant !
Restons unis et déterminés !
Expliquons leur que nos droits et nos garanties collectives ne sont pas une serpillère sur laquelle on peut s’essuyer les pieds !
On lâche rien !

Ci-joint :
– le tract de l’USD CGT Santé et Action Sociale 04 pour le 5 octobre :

1378. Tract USD CGT Santé 04 pour le 5 octobre 2021

– le tract intersyndical pour le 5 octobre : CLIQUER ICI

– le tract de l’UD CGT 04 pour les 1er et 5 octobre : CLIQUER ICI